Reflexions sur la mort violente d’un jeune militant de gauche

Cette mort, aussi douloureuse qu’elle soit, n’est, après tout, qu’un bien triste accident dans une rixe entre jeunes surexcités et de bords opposés. Rien à voir avec l’abominable affaire Mérah froidement préparée et exécuté, ou l’agression d’un militaire à la Défense. Il faut savoir raison garder.

Il n’empêche… Le rituel politique de rigueur exige la mise en scène, hautement médiatisée, d’une apparente indignation, unanimement partagée, de la droite à la gauche, devant la montée imminente du « fascisme ». L’occasion est trop bonne. L’épouvantail du fascisme va être, fort opportunément, ressuscité de ses cendres. Il vient d’ailleurs d’être illustré récemment sur nos écrans par le défilé sinistre des « hommes en noir », marchant au pas cadencé, copie conforme, (sans doute tiré des archives) des SS de feu Himmler (certains journalistes devraient avoir honte ! Il est vrai qu’ils sont de simples stipendiés). La République est clairement en danger : Aux armes Citoyens… La droite, et l’extrême droite, n’ont qu’à bien se tenir. L’exploitation politique, et l’amalgame, sont toujours au rendez-vous, au moment opportun.

Lire la suite