Christine et le FMI

Cette touchante unanimité sur la belle Christine s’explique bien. Elle a tout pour elle, le physique d’un homme et l’esprit d’une femme. Et puis, avec elle, aucun risque de la voir se jeter sur la première femme de chambre venue. Cela compte au FMI.

En dehors de cela,

– C’est une personnalité parfaitement « lisse » qui a scrupuleusement fait écho à la voix de son maître. Elle ne causera aucun souci à Nicolas qui espère ainsi avoir le FMI à sa botte.

– Elle n’a rien fait de marquant, donc de fâcheux aux Finances, à part sourire généreusement aux médias.

– Les Européens, Merkel en tête, espèrent, grâce à elle, pouvoir puiser à pleine mains dans le trésor du FMI pour payer les sottises de l’euro. Ce qui met en revanche les pays émergents de fort mauvaise humeur.

– Et puis c’est une femme, une femme. La parité enfin.

Il y a bien cette fâcheuse affaire Tapie. Mais c’était peut être sur ordres.

Ceci étant, proposer et sans doute faire nommer Lagarde, une Française encore, après l’affaire DSK, toujours un Français, il fallait le faire. Bravo l’artiste.